Navigation

Mesures douces et consommation d’énergie

 

Ce projet a étudié comment des mesures douces, comme la modification des options configurées par défaut et les récompenses symboliques, peuvent encourager les ménages et les entreprises à réaliser des économies d’énergie et à utiliser de l’électricité d’origine renouvelable. Il a également analysé le lien entre l’attitude vis-à-vis de l’environnement et le comportement en matière d’énergie.

Description du projet (Projet de recherche terminé)

La plupart des études sur les comportements en matière d’énergie se concentrent sur les incitations financières, telles que les effets de prix, si bien que les effets des mesures douces sont plutôt méconnus. En outre, la plupart des études se fondent sur des données non expérimentales, des données d’enquêtes ou des comportements autodéclarés. Ce projet a combiné des enquêtes, des données expérimentales et des informations de terrain sur les comportements réels pour analyser l’impact des mesures d’incitation douces sur les économies d’énergie et l’adoption des énergies vertes.

Objectif

L’étude avait notamment les objectifs suivants :

  • Analyser les facteurs déterminants de la consommation d’énergie en tenant compte des aspects socio-économiques, de la prise de conscience face à l’avenir et des considérations environnementales.
  • Tester de façon expérimentale l’efficacité de diverses mesures, telles que les récompenses symboliques et la modification des options configurées par défaut, pour réduire la consommation d’énergie et promouvoir le recours à l’électricité verte, tant dans les ménages que dans les entreprises.

Résultats

Les principales conclusions du projet se résument aux cinq points suivants :

  1. L’attitude vis-à-vis de l’environnement et la prise de conscience de l’avenir sont en corrélation avec la consommation effective d’énergie et d’électricité. Sur la base d’une enquête nationale et de données de terrain, le projet révèle que, outre les revenus, les préoccupations environnementales sont corrélées aux émissions de gaz à effet de serre dans le secteur de la mobilité, du logement et de l’alimentation, ainsi qu’aux comportements en matière d’économies d’électricité.
  2. L’analyse des données issues de l’enquête suisse sur l’environnement (Swiss Environmental Survey, SES) de 2018 conforte sensiblement l’hypothèse selon laquelle les préoccupations environnementales jouent un rôle dans l’acceptation des politiques respectueuses de l’environnement.
  3. Les offres d’énergie verte par défaut ont un impact massif et durable sur l’adoption de l’énergie verte par les ménages et les entreprises. Sur la base des données communiquées par deux fournisseurs d’électricité, le projet a révélé que suite à la mise en place d’une offre standard à base d’énergie renouvelable (par défaut), la quasi-totalité des ménages et des entreprises (près de 90%) a consommé de l’énergie renouvelable. Par ailleurs, l’enquête SES 2018 a montré que les offres d’énergie verte par défaut étaient acceptées comme un instrument de politique par la majorité des citoyens suisses.
  4. Une expérience de terrain avec des récompenses symboliques n’a révélé aucun impact significatif sur l’adoption de l’énergie verte. Ceci peut toutefois être dû à un « effet plafond ». Les effets potentiels des récompenses symboliques doivent être analysés dans le cadre d’une future étude.
  5. Des différences remarquables ont été constatées entre les sexes concernant la consommation d’électricité et l’acceptation de l’énergie verte par défaut. Une étude de terrain a révélé que les femmes consommaient environ 23% d’électricité de moins que les hommes.

Importance

Implications pour la recherche

L’étude du comportement réel en matière d’énergie confirme les conclusions des recherches antérieures basées sur des comportements autodéclarés. Totalement inattendues, les différences considérables entre les sexes devront faire l’objet d’une future étude. Une analyse documentaire à grande échelle sur l’efficacité des mesures d’incitation douces a révélé que les faits schématisés sont basés sur un petit nombre d’études et ainsi qu’il y a des éléments contradictoires sur la plupart des mesures comme les normes sociales. En revanche, les offres d’énergie verte par défaut ont montré des effets solides et positifs.

Implications pour la pratique

Au vu de l’efficacité des offres d’énergie verte par défaut et leur acceptation par les citoyens, les solutions écologiques par défaut pourraient être un outil prometteur pour les décideurs dans différents domaines du secteur de l’énergie, pas uniquement en ce qui concerne l’adoption de sources d’énergie renouvelables. Le projet constate par ailleurs que les programmes d’éducation à l’environnement – visant à renforcer les préoccupations environnementales et la prise de conscience de l’avenir – sont susceptibles d’avoir un impact positif sur l’acceptation des politiques énergétiques et, éventuellement, de conduire à des comportements plus respectueux de l’environnement. Enfin, en matière de réduction de la consommation d’électricité, les hommes célibataires semblent être un groupe cible à privilégier.

Titre original

Reducing Energy Consumption and Promoting Green Electricity. The Role of Soft Incentives

Responsables du projet

  • Prof. Ulf Liebe, Institut für Soziologie, Universität Bern
  • Prof. Andreas Diekmann, Professur für Soziologie, ETH Zürich

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Ulf Liebe Institut für Soziologie
Universität Bern
Fabrikstrasse 8 3012 Bern +41 31 631 32 40 ulf.liebe@soz.unibe.ch

De ce projet