Navigation

Promouvoir un comportement efficace sur le plan énergétique dans les villes

 

En collaboration avec trois villes, les chercheurs ont mené des interventions visant à induire un changement de comportement en matière de mobilité et dans les usages domestiques de l’énergie. Le travail avec des clubs sportifs leur a permis de toucher des gens issus de tous les milieux. Les processus sociaux et l’expérimentation directe sont des déclencheurs de changement. La collaboration entre les chercheurs et des villes a permis d’assurer la rigueur scientifique ainsi que des interventions pertinentes pour la pratique.

 News

 

 

"Interventions et campagnes communales pour la promotion de comportements économes en énergie" – une brochure pour les responsables énergétiques dans les villes et communes"Interventions et campagnes communales pour la promotion de comportements économes en énergie" – une brochure pour les responsables énergétiques dans les villes et communeshttp://www.nfp71.ch/fr/News/Pages/170830-news-nfp71-brochure-pour-les-responsables-energetiques.aspx29.08.2017 22:00:00
Les vélos électriques incitent à penser différemmentLes vélos électriques incitent à penser différemmenthttp://www.nfp71.ch/fr/News/Pages/161220_news_nfp71_e_bike.aspx19.12.2016 23:00:00

Description du projet (projet de recherche terminé)

Les villes sont des acteurs clés de la transition énergétique en Suisse. Bon nombre de villes mènent des interventions visant à promouvoir des changements de comportement. Il est cependant difficile de toucher les personnes qui n’ont pas de réelle conscience écologique. Pour atteindre le grand public, la stratégie consiste à collaborer avec des groupes sociaux formels (p. ex. les clubs sportifs). Ces groupes offrent la possibilité d’établir des relations de confiance ainsi qu’un cadre d’expérimentation directe et d’apprentissage social, dans lequel des normes sociales peuvent être façonnées.

Objectif

L’objectif de ce projet était d’étudier les possibilités et les défis liés à l’utilisation de groupes sociaux formels pour les interventions relatives aux économies d’énergie. À cet effet, des interventions ont été développées, mises en œuvre et évaluées en étroite collaboration avec les villes suisses de Winterthour, Baden et Zoug. La valeur ajoutée de ce type de collaboration entre la recherche et les villes a par ailleurs été étudiée.

Résultats

Trois interventions ont été menées dans les domaines de la mobilité et de l’utilisation de l’eau chaude. Les clubs sportifs sont apparus comme un moyen efficace de démultiplier les effets d’un programme incitant à utiliser le vélo plutôt que la voiture pour se rendre aux entraînements. Les clubs ont été en mesure de motiver des personnes qui n’auraient pas participé si elles avaient été approchées individuellement. Cela s’est traduit par une réduction de l’utilisation des voitures par les personnes se rendant sur les sites d’entraînement. La possibilité pour les propriétaires de voitures de tester un vélo électrique a révélé l’importance des processus sociaux : plus le feedback reçu par les participants était positif, plus leur intention de moins conduire était forte. De plus, l’essai d’un vélo électrique a conduit à une diminution des situations spontanément associées à l’usage de la voiture, même un an après le test. Un effet connexe a été obtenu en matière de douches : l’expérimentation d’une pomme de douche à débit réduit dans une piscine publique a eu un effet positif sur l’attitude vis-à-vis de ces pommes de douche et les décisions d’achat correspondantes.

Au niveau des processus, des ateliers réunissant des chercheurs et des praticiens ont permis d’identifier les différents types de facteurs de succès indispensables à une collaboration efficace entre la recherche et les villes.

Importance

Implications pour la recherche

La littérature suggère que la collaboration avec des intermédiaires constitue une approche efficace pour avoir accès à différents groupes cibles. L’équipe du projet a mené une série d’études empiriques sur le terrain, visant à déterminer l’adéquation et l’efficacité du recours à des groupes sociaux formels en guise d’intermédiaires. À l’instar des études antérieures, elle est arrivée à la conclusion que les processus sociaux pouvaient être d’importants déclencheurs de changement de comportement. Cet effet semble toutefois varier selon les domaines : alors que les normes sociales ont joué un rôle important pour inciter les usagers à recourir au vélo, les processus sociaux ne se sont pas révélés pertinents pour promouvoir des pommes de douche à débit réduit. Qui plus est, la collaboration avec des groupes sociaux formels n’est pas une panacée, car sa mise en place nécessite du temps et des ressources.

La collaboration avec des villes pour la conception et la mise en œuvre d’interventions procure des opportunités intéressantes aux chercheurs. Par exemple, en leur permettant de collecter des données de terrain contextualisées à forte validité externe.

Implications pour la pratique

Selon le contexte et le domaine comportemental sur lesquels porte l’intervention, la collaboration avec des groupes sociaux formels peut être une stratégie efficace pour toucher de nouveaux groupes cibles. Dans le cadre de ce processus, les contacts personnels entre les villes et les groupes sociaux sont essentiels, en particulier pour les services municipaux qui n’œuvrent traditionnellement pas dans le domaine de l’énergie, par exemple le service des sports.

L’expérimentation directe (p. ex. de vélos électriques ou de pommes de douche à limiteur de débit) est un déclencheur efficace des changements de comportement. Permettre de telles expériences représente par conséquent un cadre prometteur pour les interventions dans le domaine de l’énergie et très probablement dans d’autres domaines (p. ex. l’alimentation durable).

L’évaluation systématique des interventions est essentielle pour en tirer des enseignements et les transposer dans d’autres contextes. La collaboration avec la recherche s’est avérée bénéfique à cet égard.

Titre original

Using formal social groups to promote energy sufficient behaviour in cities

Responsables du projet

  • Prof. Bettina Furrer, Institut für Nachhaltige Entwicklung, Zürcher Hochschule Winterthur
  • Prof. Dr. Michael Stauffacher, Department of Environmental Systems Science, ETH Zürich